Qu’est ce qu’un KYB? 

Lorsque vous ouvrez un nouveau compte dans une banque ou un établissement de paiement, vous pouvez entendre parler de KYB.

KYB est l’acronyme de Know Your Business. Il s’agit d’une exigence réglementaire et légale pour les banques et autres institutions connexes d'identifier et de vérifier l'identité de leurs clients. Le terme peut également être utilisé par les clients eux-mêmes pour désigner leurs propres procédés similaires (KYC).

Les banques mettent en place de tels processus dans un soucis de conformité aux différentes réglementations en matière de lutte contre le blanchiment d'argent (LAB) ainsi qu'aux réglementations contre le financement du terrorisme (CFT). Le KYB est un moyen d'empêcher les banques d'être impliquées dans des activités criminelles ou terroristes à leur insu.

En Europe, KYC est une obligation réglementaire pour les établissements de paiement, conformément à la directive européenne 2015/849 du Parlement européen et du Conseil du 20 mai 2015 relative à la prévention de l'utilisation des systèmes financiers à des fins de blanchiment de capitaux ou de financement du terrorisme.

Les banques effectuent un KYB en vérifiant divers renseignements et documents obtenus de sources fiables. Ces documents peuvent inclure l'enregistrement de l'entreprise pour une société et les pièces d'identité des bénéficiaires effectifs en dernière analyse (UBO) de la société, soit les actionnaires détenants 25% ou plus des parts. 

Le processus ne prend pas fin avec l'identification de l'entreprise, mais il se poursuit avec la banque ou l'institution qui garde un œil sur l'activité afin de s'assurer qu'elle correspond bien au profil et aux attentes. L'objectif est d'identifier et d'enquêter sur les activités suspectes.

En plus de protéger les banques ou les institutions contre l'utilisation à des fins criminelles ou terroristes, le processus KYB protège également les clients car il permet d'éviter les cas de vol d'identité et les activités frauduleuses sur les comptes.

Alors que nous procédons à ces vérifications, vous pourrez tout de même utiliser Spendesk, commander des cartes et effectuer des paiements dans le cadre de la limite réglementaire des 10 000 euros de dépenses.

Cet article vous a-t-il été utile ?
Utilisateurs qui ont trouvé cela utile : 1 sur 1